Afrique

Maroc : retour des tensions à Al Hoceïma après la mort d’un manifestant

La situation est à nouveau tendue dans la ville d’Al Hoceïma, épicentre de la contestation dans la région marocaine du Rif

Photo : Jeune Afrique

Nouvelles arrestations, appels à manifester, affrontements entre policiers et manifestants… La situation est à nouveau tendue dans la ville d’Al Hoceïma, épicentre de la contestation dans la région marocaine du Rif, après la mort d’un manifestant des suites de ses blessures mardi.

« La crise du Rif revient à zéro », résume vendredi le quotidien arabophone Akhbar Al Yaoum. Après plusieurs semaines d’accalmie, de nouveaux heurts ont opposé manifestants et forces de l’ordre à Al Hoceïma. Des violences qui font suite au décès tragique mardi d’Imad Atabi, un manifestant blessé à la tête lors de la grande marche du 20 juillet.

Ses funérailles, qui se sont déroulées mercredi dans « une ambiance électrique », ont laissé place à un sit-in et à des affrontements entre policiers et manifestants, a rapporté le magazine marocain TelQuel sur son site. Alors que les autorités n’ont pas commenté la nature de sa blessure, les membres du Hirak (nom donné au mouvement de contestation) ont déclaré qu’il avait été victime d’une grenade lacrymogène tirée par les forces de l’ordre. Une version corroborée par l’Association marocaine des droits de l’Homme, qui a également pointé la « responsabilité » du ministère de l’Intérieur. Lire la suite sur Jeune Afrique

(Publicité)

Commentaires
Haut