Education

Universités publiques ivoiriennes : Le principal syndicat des enseignants annonce “un arrêt de travail de trois jours, à compter de mercredi”

Université de Daloa, La Coordination nationale des enseignants et chercheurs du supérieur de Côte d’Ivoire (CNEC) a annoncé mardi “un arrêt de travail de trois jours, à compter de mercredi”

Photo : DR

La Coordination nationale des enseignants et chercheurs du supérieur de Côte d’Ivoire (CNEC) a annoncé mardi “un arrêt de travail de trois jours, à compter de mercredi”, pour protester entre autres contre “le retard du paiement des heures complémentaires dans les universités publiques de Cocody (Est Abidjan) et Daloa (Centre-ouest ivoirien), à l’issue d’une Assemblée générale.

“La CNEC décide d’un arrêt de travail de protestation d’une durée de trois jours, du mercredi 16 au vendredi 18 août inclus, dans toutes les structures publiques de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique” de la Côte d’Ivoire, indique le procès-verbal de cette rencontre, signé du secrétaire général de cette coordination, Johnson Kouassi.

“Si au terme de cet arrêt de travail, des solutions idoines ne sont pas trouvées et appliquées, une grève illimitée sera observée”, prévient la CNEC, précisant que son mouvement de protestation de trois jours “suspend la participation des enseignants à toutes activités pédagogiques, de même qu’aux examens du Brevet de technicien supérieur (BTS)”, actuellement en cours.

Depuis le 06 juillet, les enseignants de l’université Lorougnon Guédé de Daloa sont entrés en grève pour exiger entre autres “le paiement des Gaps sur les heures complémentaires de 2013-2014, 2014-2015, les 50 heures liées aux vacances 2015”.

Il y a une semaine, ces grévistes ont reconduit leur mouvement et menacé de ne pas “reprendre les cours” tant que ces heures complémentaires “ne sont pas payées”.

Quant aux enseignants de l’université de Cocody, ils disent “attendent un reliquat (2014-2015 et 2015-2016)” de ces mêmes heures supplémentaires.

Mercredi, la Fédération estudiantine de Côte d’Ivoire (FESCI, principal mouvement de défense des droits des élèves et étudiants) prévoit de mener “une marche pacifique” sur tout le territoire ivoirien, “pour appeler à la reprise des cours” suspendus il y a un mois à l’université de Daloa.

Ange TIEMOKO/Alerte Info

(Publicité)

Commentaires
Haut