Afrique

L’adhésion du Maroc à l’UA et à la CEDEAO contribuera à l’essor économique du continent et à son développement humain (Roi Mohammed VI)

Le Roi Mohammed VI

Photo : DR

APA-Rabat (Maroc) – Le Roi Mohammed VI a affirmé que l’adhésion du Maroc à l’Union Africaine (UA) et à la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) contribuera à l’essor économique du continent et à son développement humain.

Pour le Souverain, il s’agit d’une décision politique « historique », qui marque une étape clé dans le processus d’intégration africaine, conçue exclusivement comme la synthèse de toutes les intégrations régionales.

 « Ceci est d’autant plus vrai que, dans un contexte particulier de politique internationale, les regroupements régionaux sont désormais des acteurs influents », a-t-il estimé dans son discours adressé dimanche l’occasion du 64è anniversaire de la Révolution du Roi et du Peuple.

« Se prévalant de son statut au sein de cette Communauté, le Royaume du Maroc s’attachera à asseoir les fondements d’une intégration réelle pensée pour servir l’Afrique et réaliser les attentes de ses peuples qui aspirent au développement et à une vie digne menée dans un climat empreint d’unité, de sécurité et de stabilité », a souligné le Roi Mohammed VI dans ce discours consacrée presque entièrement à l’Afrique.

Il a, à cet égard, remercié les dirigeants des États-membres de la CEDEAO d’avoir donné leur accord de principe pour l’adhésion du Maroc à cette entité régionale, en tant que membre à part entière.

Et d’insister que l’orientation du Maroc vers l’Afrique « ne changera rien à nos positions et ne se fera pas au détriment des priorités nationales. A l’inverse, elle apportera une plus-value à l’économie nationale et contribuera à renforcer les relations de notre pays avec sa profondeur africaine ».

D’ailleurs, ce choix judicieux s’est répercuté directement et de façon positive sur la question de notre intégrité territoriale, comme en témoignent les positions des pays à ce sujet et les décisions de l’Union Africaine y afférentes, a-t-il rappelé.

Cette nouvelle donne a eu pour effet de renforcer la dynamique que ce dossier connaît au niveau des Nations Unies.

Placée sous le signe de la fermeté et de la rigueur, 2016 a été aussi l’année de l’acte joint à la parole au vu de la manière dont ont été contrées les manœuvres engagées pour porter atteinte à nos droits. Pour 2017, c’est l’année de la clarté par excellence et du retour aux principes et aux termes référentiels retenus pour le règlement de ce conflit artificiel suscité autour de la marocanité du Sahara, a expliqué le Souverain.

Cette approche ferme et claire a permis de remettre le processus de règlement onusien sur la bonne voie et de barrer la route aux menées qui cherchent à le dévier vers un horizon inconnu, a-t-il encore relevé.

Parallèlement, la proposition marocaine d’autonomie bénéficie d’un appui international soutenu, illustré par le nombre croissant de pays ayant retiré leur reconnaissance à cette entité fantomatique, ainsi que par la régularisation du cadre juridique régissant le partenariat économique entre le Maroc et bon nombre de grandes puissances, a fait remarquer le Souverain.

HA/APA

(Publicité)

Commentaires
Haut