Le président du Conseil supérieur des imams (Cosim) de Côte d’Ivoire, Cheick Fofana Boikari a prévenu vendredi à Abidjan la classe politique ivoirienne, engagée depuis quelques mois dans des stratégies tranchées, en vue de la présidentielle de 2020 que leurs “disputes risquent de (les) emporter”, dans un discours.

“Si vous ne vous entendez pas et que vous persévérez dans les disputes inutiles, cela conduira à votre perte”, a dit l’imam Fofana Boikari, invitant les hommes politiques ivoiriens à “éviter tout ce qui peut conduire à la division”, dans son sermon, à l’occasion de la fête de la Tabaski.
Depuis quelques mois, les enjeux de l’élection présidentielle de 2020 en Côte d’Ivoire focalisent les attentions et suscitent des prises de position parfois houleuses entre différentes chapelles politiques.

Dans son discours à la nation, le 07 août, lors de la fête de l’indépendance, le chef de l’État ivoirien, Alassane Ouattara a déploré ce “débat” sur la présidentielle de 2020, estimant que “les populations ne le méritent pas (car) elles ne le comprennent pas”, indiquant que “tous pourront se porter candidat” en 2020 “selon les dispositions de (la) loi.

“Soyez unis et rassemblés”, a souhaité Fofana Boikari aux politiques, insistant sur le fait que “les querelles, les disputes et conflits sont nuisibles et risquent de (les) emporter”, s’ils n’y “prennent garde”.

ATI/Alerte Info