Sécurité

Tentative de prise de la préfecture de Bouaké par des ex-combattants : les autorités démentent

Photo : APA

APA-Bouaké (Côte d’Ivoire) – Suite à l’affaire « Des ex-combattants tentent de prendre les préfectures de Bouaké et Man » relayée par ‘’certaine’’ presse locale et internationale, le Secrétaire général 1 de la préfecture de Bouaké, Vakaba Koné accompagné du grand commandement de l’armée de cette ville du Centre-Nord ivoirien a dénoncé, mercredi, des articles ‘’délibérés’’ tendant à ‘’décourager’’ les investisseurs.

Il s’exprimait lors d’une ‘’réunion d’information’’ en présence des correspondants de presse et du grand commandement de l’armée à Bouaké, notamment les commandants de la 3è région militaire (le colonel Kouamé N’Goran Léon), de la 3è légion de gendarmerie (le colonel Etté Djadji Georges), de la 3è légion motorisée (le colonel Solo Diomandé Donagon) et le chef du district de police (le commissaire Boa Kouassi Jean).

‘’Il y a des articles qui sont parus dans vos quotidiens’’ qui parlent d’ex-combattants qui ont ‘’manifesté encore, hier (Ndr : lundi)’’ et qui ont ‘’tenté de prendre la préfecture de Bouaké (…) Ce sont là des articles qui ont fait le tour du monde’’ mais qui ne se reposent sur aucun fait concret, a déclaré Vakaba Koné, dénonçant des articles ‘’délibérés’’ qui ‘’salissent le nom de Bouaké’’ en faisant ‘’fuir’’ les investisseurs au moment où ‘’nous venons de créer une zone industrielle’’ dans cette ville ‘’en crise’’.

A ce que je sache, a-t-il ensuite rappelé ‘’le lundi 02 octobre (le jour des faits selon les articles incriminés) les agents municipaux ont observé un sit-in devant la mairie de Bouaké. Informés aux environs de 8h30 nous nous sommes rendus sur les lieux accompagnés du commissaire du district (…) Comme il y avait un beau monde, j’ai invité les leaders syndicaux (de la mairie) à nous rejoindre à la préfecture pour une séance de travail. Ce qui a été fait’’.

‘’Je ne sais pas qui a intérêt à ce que Bouaké brûle ?’’, s’est ensuite interrogé M. Koné avant de fustiger : ‘’un ex-combattant ne peut pas rester chez lui pour appeler un journaliste et lui dire on va ceci et on balance’’.

Lundi et mardi, une presse étrangère et quelques quotidiens de la presse locale ont relayé une information faisant état de manifestations d’ex-combattants démobilisés qui se seraient soldés par des tentatives de prise des préfectures de région de Man (Ouest) et de Bouaké (Centre Nord).

CK/ls/APA

(Publicité)

Commentaires
Haut