Grand-Bassam

Des mineures exercent des activité de « sexe de survie » à Grand-Bassam (ONG)

Les représentants d’Ong Communauté Abel et Terre des Hommes Italie

Photo : AIP

Grand-Bassam, 12 oct – A l’occasion de la célébration de la journée internationale dédiée aux jeunes filles, les ONG ‘Communauté Abel’ et ‘Terre des Hommes Italie’ ont relevé, mercredi, lors d’une conférence de presse portant sur les résultats d’une enquête menée sur la prostitution, que des mineures en majorité ont des activités de « sexe de survie » à Grand-Bassam (Sud-Est, région du Sud-Comoé).

« Sur 200 filles de 12 à 17 ans interviewées, dont 25 ont été suivies au cours de trois mois, les enquêtes ont révélé que 57% de filles interrogées sont des professionnelles du sexe de survie, 11.5% sont des semi-professionnelles et 31.5% pratiquent le sexe inorganisé », a indiqué le directeur général de l’ONG Communauté Abel, Leone de Vita.

Selon M. Leone, plusieurs causes sont à la base de cette problématique, à savoir la dislocation de la famille, la déscolarisation, l’effet de contagion entre bandes d’amies, le relâchement des solidarités traditionnelles, la situation de sous-emploi des filles, la précarité de l’habitat et le bas revenu des parents.

Pour ces responsables d’ONG, « la problématique de la protection de la jeune fille en Côte d’Ivoire est préoccupante au regard de l’impact qu’engendre la pratique du sexe de survie à Grand-Bassam ».

Fort de ce constat, ils ont souhaité que toutes les forces vives de la nation ivoirienne travaillent à offrir aux mineures en situation de vulnérabilité, des outils socio-éducatifs, psychoaffectifs et économiques pour les sortir de cette impasse.

ko/amak/kp/ AIP

(Publicité)

Commentaires
Haut