Parlement

Les parlementaires ivoiriens sollicités dans la gestion des pesticides obsolètes et déchets associés

Les députés ivoiriens ont été sollicités , lors d’un atelier tenu à Yamoussoukro, pour appuyer le ministère de la Salubrité et de l’agriculture sur les pesticides obsolètes

Photo : AIP

Yamoussoukro, 12 oct – Les députés ivoiriens ont été sollicités jeudi, lors d’un atelier tenu à Yamoussoukro, pour appuyer le ministère de la Salubrité, de l ‘Environnement et du Développement durable (MSEDD) et le ministère de l’Agriculture et du Développement rural dans le cadre du projet de gestion des pesticides obsolètes et déchets associés (PROGEP-CI), notamment dans son volet renforcement du cadre réglementaire et institutionnel.

Le directeur de cabinet de la ministre Anne Ouloto a invité les parlementaires à s’associer étroitement à une meilleure collaboration dans le cadre de l’élaboration de textes juridiques pour la gestion écologique des pesticides, en vue de la réussite du projet qui est dans sa phase d’inventaire.

L’inventaire consiste à collecter, transporter, stocker les pesticides obsolètes et déchets associés (emballages) en vue de les détruire selon les règles de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO).

« Le projet a donc besoin de votre implication efficiente pour sensibiliser la population et les amener surtout à appliquer les textes juridiques », a fait savoir le directeur de cabinet Brahima Fofana, lors d’un atelier d’information et d’échanges avec les députés et le personnel du service législatif de l’Assemblée nationale.

Brahima Fofana a dit compter sur le parlement ivoirien pour assurer aux populations un cadre de vie saint et amener la Côte d’Ivoire à se hisser au premier rang des pays exportateurs irréprochables de denrées alimentaires saines au profit d’une agriculture émergente et durable.

Le volume de pesticides commercialisé légalement en Côte d’Ivoire a triplé entre 1995 et 2014, et est estimé à environ 22 000 T. Les pesticides frauduleux sont estimés à 25% du marché total des pesticides dans le pays.

L’atelier d’échanges avec les députés est présidé par la vice-présidente de l’Assemblée nationale, Dogo Logbo Myss Belmonde. Il consiste à présenter le projet et à donner des explications sur la stratégie développée pour l’inventaire et de recueillir les suggestions et recommandations des députés ivoiriens. Démarré en janvier 2016, le PROGEP-CI est financé par la Banque mondiale.

nam/kp/ AIP

(Publicité)

Commentaires
Haut