San-Pédro

La commune de San Pedro enregistre un déficit budgétaire de plus d’un milliard

Le maire Nabo Clément (à g.) et le conseiller municipal Anoblé Félix (à d.)

San Pedro, 13 oct – Le maire et les responsables des services financiers de la commune de San Pedro ont expliqué mercredi à la session du conseil municipal que la commune a cumulée de 2014 à ce jour des dettes de plus d’un milliard de francs CFA, correspondant à des déficits budgétaires cumulés, liés au non reversement par l’Etat de la totalité de la quotepart des impôts mobilisés, dans la seconde ville portuaire du pays.

Selon les responsables de la mairie de San Pedro, sur un ensemble de charges annuelles d’un montant de plus de trois milliards de francs CFA, la commune de San Pedro dispose d’un budget de plus de deux milliards de francs CFA, soit un déficit d’un milliard qui l’empêche de bien fonctionner.

Le maire Nabo Clément a expliqué que « C’est l’argent de San Pedro qui travaille dans toutes les mairies de Côte d‘Ivoire », du fait de l’unicité des caisses, soulignant que « si l’argent de San Pedro restait à San Pedro, l’on n’allait pas avoir de problème de budget » dans cette commune, parce que les services des impôts y mobilisent de fortes sommes chaque année, dont près de 60 milliards F CFA encaissés l’année dernière.

En retour, selon le principe de reversement de 18% des sommes mobilisées dans chaque commune de l’intérieur au prorata des impôts encaissés dans chacune d’elle, l’Etat prévoit de reverser chaque année à la commune de San Pedro au moins 1,7 milliard F CFA. Mais, précise la mairie, l’Etat ne verse que 1,2 à 1,3 milliard F CFA, soit un déficit dans le budget de la commune de 400 à 500 millions F CFA chaque année, cumulé à plus de trois milliards, mais progressivement réduit la municipalité à un milliard F CFA.

« Si l’Etat ne nous donne pas ce à quoi on a droit, que le budget de l’Etat prenne en compte toute cette dette accumulée au fil des années et qui nous empêche de fonctionner, afin que la commune puisse bien travailler », a proposé le conseiller, Anoblé Félix. Une proposition agrée par le maire et le conseil municipal, visant à saisir le ministère de l’économie et des finances à cette fin.

jmk/kam/ AIP

(Publicité)

Commentaires
Haut