Afrique

Journée internationale de la fille: des organisations africaines demandent des comptes au sujet de la vaccination

Une campagne de 33 jours lancée le 11 octobre 2017 pour stimuler la vaccination

Photo : DR

Abidjan, 13 oct – Au moment où le monde célèbre la Journée internationale de la fille, des organisations de plus de dix pays africains lancent la Campagne 33 jours pour stimuler la vaccination qui a pour but de demander aux gouvernements des comptes par rapport aux multiples promesses qu’ils ont faites en matière de vaccination, notamment avec l’adoption de la Déclaration d’Addis Abeba sur la vaccination de 2017.

En 2016, le continent avait réussi une importante performance avec l’interruption de la transmission du virus du poliovirus sauvage pendant plus d’un an, en éradiquant pratiquement l’épidémie de méningite à méningocoque A et en réduisant de façon significative la charge de morbidité et de la mortalité dues à la rougeole, rappelle African Media Agency (AMA), dans un communiqué publié jeudi, au lendemain de cette célébration.

« Nous reconnaissons que des progrès ont été réalisés, un enfant africain sur cinq n’a toujours pas accès à toutes les vaccinations de base nécessaires», a déclaré M. Tomekpa Vincent, secrétaire général de FENOS-CI en Côte d’Ivoire, l’une des 10 organisations signataires.

Les chefs d’États africains ont approuvé, en janvier 2017, la Déclaration d’Addis Abeba sur la vaccination par laquelle ils ont reconnu qu’en dépit de leur approbation du Plan d’action mondial pour la vaccination (PAMV), ils sont très loin d’atteindre les objectifs. La Déclaration d’Addis Abeba sur la vaccination renforce leur engagement au plus haut niveau politique.

« Au cours de ces 33 jours, nous ferons le suivi des vaccins, des finances et des législations et demanderons à nos gouvernements de nous montrer comment la Déclaration d’Addis Abeba sur la vaccination dépasse le cadre d’une simple déclaration et constitue un véritable instrument de réussite. La vie de nos enfants en dépend », explique Jackson Ndegwa, Responsable des Politiques et du Plaidoyer sur la vaccination du Kenya AIDS NGOs Consortium (KANCO).

La vaccination figure parmi les interventions sanitaires les plus rentables pour les filles et les garçons et offre un rapport coûts-avantages élevé en matière de santé – en termes de vies sauvées et de maladies évitées -, surtout lorsque le fardeau des maladies est élevé. Cela signifie que la vaccination constitue l’un des meilleurs moyens d’utiliser des fonds publics limités dans le domaine de la santé.

La campagne 33 jours pour stimuler la vaccination s’inscrit en droit ligne du travail entamé avec la Semaine africaine de vaccination et l’Assemblée mondiale de la santé.

cmas/ AIP

(Publicité)

Commentaires
Haut