Liberia

Présidentielle : un parti indexe des fraudes et demande l’arrêt des résultats provisoires

« Si la NEC ne coopère pas avec notre demande, nous prendrons les mesures juridiques appropriées », a prévenu, jeudi à Monrovia, Benjamin Sanvee, président national du du Liberty Party.

Photo Apanews

APA-Monrovia (Liberia) – La formation de l’opposition libérienne, le Liberty Party qui a pour candidat à la présidentielle Charles Walker Brumskine, a dénoncé l’existence de fraudes et d’irrégularités durant le scrutin du 10 octobre, appelant la Commission électorale nationale (NEC) à suspendre l’annonce des résultats provisoires.

« Si la NEC ne coopère pas avec notre demande, nous prendrons les mesures juridiques appropriées », a prévenu, jeudi à Monrovia, Benjamin Sanvee, président national du parti.

En réponse à la menace du Liberty Party, le président du NEC a déclaré: « Il n’y a absolument aucune excuse pour empêcher les Libériens d’exercer leurs droits démocratiques. Nous demandons aux partisans du parti Liberty de rester calmes et de demeurer pacifiques pendant que nous travaillons à résoudre ces problèmes ».

Selon les résultats provisoires publiés jeudi soir par le NEC et portant sur 30 pour cent des votes effectués dans les 15 comtés du Libéria, le sénateur George Weah de la Coalition pour le changement démocratique (CDC) est en tête avec 44,4 % des suffrages exprimés, soit 3.177 voix.

Son principal challenger, le vice-président sortant et candidat du Parti de l’unité (UP), Joseph N. Boakai, arrive deuxième avec 2.807 voix, soit 33,1% des suffrages compulsés

D’après le même comptage, le candidat du Parti de la Liberté (LP), Charles Brumskine, a remporté le comté de Grand Bassa avec 10.316 voix soit 48,6% des suffrages exprimés.

Le Congrès national alternatif (ANC) d’Alexander Cummings et la Coalition pour le changement démocratique de George Weah ont également exprimé des préoccupations similaires concernant des irrégularités électorales.

Cummings a appelé la NEC à se pencher sur les bulletins manquants et incomplets dans le comté de Montserrado, la réception tardive des bulletins de vote après 15h00 dans les comtés de Sinoe et Grand Gedeh. Il a également souligné que des électeurs ayant des cartes d’électeur valides n’ont pas pu voter pour diverses raisons, dont leur non inscription sur les listes électorales dans les comtés de Montserrado, Bong, Grand Gedeh, Margibi, Sinoe et Grand Bassa.

Nathaniel McGill, président national de la Coalition pour le changement démocratique (CDC), a pour sa part déploré le fait que le personnel des bureaux de scrutin n’était pas bien formé pour gérer les élections. A ses yeux, il s’agit d’une tentative délibérée de sabotage du processus électoral.

Lors d’une conférence de presse au siège du NEC à Monrovia, le président de la commission Jerome Korkoya, a admis que l’exercice de vote a été compliqué à gérer avec notamment une ouverture tardive de certains bureaux de vote et l’absence de plusieurs noms d’électeurs sur les listes électorales.

Ces incidents ont causé des problèmes à plusieurs électeurs, « mais cela n’a pas causé d’obstacles majeurs, les électeurs ont pu voter conformément à la loi », a déclaré le conseiller Korkoya.

TSS/abj/lb/cat/APA

(Publicité)

Commentaires
Haut