Divo

Des producteurs de cacao de Divo expriment leur colère face aux dirigeants de la filière

Une délégation du Conseil du café-cacao qui séjournait jeudi à Divo a essuyé la colère des producteurs mécontents de la baisse du prix d’achat bord champs

Divo, 13 oct – Une délégation du Conseil du café-cacao qui séjournait jeudi à Divo a essuyé la colère des producteurs mécontents de la baisse du prix d’achat bord champs arrêté pour la nouvelle campagne principale du cacao à 700 FCFA/kg.

Le premier lauréat du concours national de promotion de l’excellence agricole ‘’Coupe nationale du progrès’’ à Divo, Godi Dogrou Joseph, a fustigé cette baisse inattendue. « Nous les planteurs, nous voulons que nos prix augmentent et pas le contraire. Vraiment on n’est pas content », a déclaré le vieil homme.

Pour le producteur Bado Jean-Claude, les difficultés de la campagne passée doivent interpeller tous les acteurs. Il a rappelé que des coopératives ont acheté le produit à 1100 FCFA/kg puis ont été contraintes à le revendre à 700 FCFA/kg, en raison des difficultés du marché. « Le Conseil ne nous a pas encore remboursé et ne nous donne aucune assurance pour la présente campagne », a-t-il affirmé.

A toutes ces préoccupations et à bien d’autres, le directeur général adjoint du Conseil du café-cacao s’est voulu rassurant. Il a affirmé être peiné par les nouveaux prix et rappelé que depuis la réforme de la filière en 2012, les prix sont allés crescendo avant la baisse de 2016/2017.

« On est monté régulièrement parce que le marché mondial est régulièrement monté. C’était la bonne période qui a duré pratiquement quatre ans », a dit N’guessan Edouard, avant de souligner la chute des cours du cacao au niveau international.

Au terme de la rencontre, le Conseil café-cacao et les acteurs de la filière ont accordé leurs violons sur la nécessité de collaborer pour une campagne réussie dans la zone du Lôh-Djiboua en attendant une embellie sur du marché international.

Le cours du cacao sur le marché international baisse continuellement depuis décembre 2016, en raison, entre autres, d’une surproduction globale de 700 000 T l’année dernière dont 400 000 T pour la Côte d’Ivoire, premier producteur mondial de la fève. Toutefois, le gouvernement du Président Alassane Ouattara qui a promis de payer au moins 60% du prix CAF aux producteurs, a dû consentir cette année un sacrifice de 43 milliards FCFA en termes de fiscalité et de parafiscalité, pour contenter les cacaoculteurs.

gso/cmas/ AIP

(Publicité)

Commentaires
Haut