Gagnoa

Trois personnes interpellées avec des munitions de guerre à Gagnoa

Les renforts venus d’Abidjan pour aider à sécuriser la ville (Photo 15/10/2017)

photo : AIP

Gagnoa, 15 oct – Trois personnes ont été interpellées avec des munitions d’arme de guerre (kalachnikov) et des menottes, quelques heures après le pillage d’un des commissariats de Gagnoa, suite à de violentes manifestations de rue succédant à l’interpellation d’un chauffeur de taxi, a appris dimanche l’AIP de sources sécuritaires.

« L’enquête nous dira si les munitions proviennent du commissariat pillé », a indiqué un agent en poste au commissariat du 2ème arrondissement de Gagnoa qui a été saccagé, pillé et vidé de tout son contenu, vendredi aux environs de 16H30. « Heureusement, les armes étaient avec nous sur le terrain », a ajouté l’agent de police.

L’interpellation, le 06 octobre, d’un chauffeur de taxi à qui il est reproché d’avoir blessé un individu lors d’un accident sur la voie publique, est l’élément déclencheur de ces manifestations qui ont débuté jeudi par une grève des taxis communaux.

Au moins 100 policiers de la Brigade anti-émeute (BAE), de la Compagnie Républicaine de Sécurité (CRS 1) et du Groupement Mobile d’Intervention (GMI), tous venus d’Abidjan, apportent assistance aux policiers de la préfecture de Gagnoa et veillent au calme revenu, dans la cité samedi.

Le procès du chauffeur est prévu mardi. « On espère que les renforts seront encore présents jusqu’au mardi », a fait observer la source.

dd/cmas/ AIP

(Publicité)

Commentaires
Haut