Burkina

27 octobre 2017 – Démission du ministre Barry et contestations sociales au menu des quotidiens burkinabè

Les quotidiens burkinabè de ce vendredi commentent largement l’actualité socio-politique nationale

Photo d'archive

APA-Ouagadougou (Burkina Faso) – Les quotidiens burkinabè de ce vendredi commentent largement l’actualité socio-politique nationale marquée par les contestions sociales et surtout la démission, la veille, du ministre en charge de la Culture et du Tourisme, Tahirou Barry.Le quotidien national Sidwaya et le quotidien privé Le Pays titrent en chœur: «Gouvernement Paul Kaba Thiéba II : Tahirou Barry rend le tablier».

Les deux journaux renseigne que le ministre de la Culture, des Arts et du Tourisme, Tahirou Barry a démissionné, hier jeudi 26 octobre 2017, du gouvernement.

Quant à L’Observateur Paalga, le doyen des quotidiens privés du Burkina Faso, il croit savoir «les raisons de ce +violent+ claquage de porte».

En effet, le journal propose à ses lecteurs la lettre de démission datée de jeudi que M. Barry a adressé au chef du gouvernement burkinabè, Paul Kaba Thiéba.

Dans l’écrit, le ministre démissionnaire explique que «cette démission intervient en raison des profondes divergences apparues sur la conduite des affaires de l’Etat».

Pour sa part, le journal Le Quotidien, à l’instar d’autres quotidiens, présente en manchette l’image du désormais ministre qui déclare: «Ma déception est profonde».

Aujourd’hui au Faso, de son côté, arbore en manchette: «Gouvernement Thiéba II: Démission de Tahirou Barry», évoquant le sujet dans sa rubrique ‘’News du VSD (vendredi-samedi-dimanche, Ndlr).

Le même confrère consacre son éditorial à cette actualité, mentionnant en titre : «Tahirou crache ses +vérités+ avant de craquer la porte».

A lire le commentaire, «le ton est un peu véhément, les propos pesés et le média choisi pour l’annoncer est très judicieux : la toile».

Les journaux ont aussi évoqué la grève de 48 heures, des enseignants, débutée hier jeudi, sur toute l’étendue du territoire national.

A ce sujet, Le Quotidien reprend les propos du secrétaire général du Syndicat national des enseignants africains du Burkina Faso (SNEA-B), Sema Blégné qui fait cette exigence : « que le gouvernement nous affecte une autre personnalité à même d’être à notre écoute».

Pendant ce temps, L’Observateur Paalga se contente de titrer : «Education : Les enseignants déposent la craie pour 2 jours ».

Le Quotidien parle d’une autre contestation, à savoir le mouvement d’humeur des policiers qui, à l’en croire, ont abandonné «des postes de contrôle et de sécurité».

Et le journal de faire remarquer que la contestation gagne peu à peu l’ensemble du pays.

ALK/cat/APA

(Publicité)

Commentaires
Haut