Mali

31 octobre 2017- diversité de sujets dans les colonnes des journaux

Les quotidiens maliens de ce mardi traitent d’une diversité de sujets liés à la sécurité et la justice en passant par la sécurité alimentaire

Photo : AIP

APA-Bamako (Mali) – Les quotidiens maliens de ce mardi traitent d’une diversité de sujets liés à la sécurité et la justice en passant par la sécurité alimentaire.
« Opération de ratissage au centre du Mali, 46 présumés terroristes arrêtés par les forces armées maliennes et transférées à Bamako », indique le quotidien privé l’Indépendant. Le même journal fait remarquer que face à l’insécurité grandissante au Mali et au Sahel, « les Etats-Unis s’engagement enfin à verser 60 millions de dollars US pour le financement de la force conjointe du G5 Sahel. »

L’autre titre-phare du journal porte sur la justice : « lasses de ce que leurs conjoints soient toujours détenus sans être jugés dans l’affaire de l’assassinat des 21 militaires bérets rouges, les épouses des bérets verts mis en cause exigent la tenue rapide d’un procès équitable. »

Descendons dans le monde rural avec l’Essor, le quotidien gouvernemental, qui s’alarme de la situation alimentaire dans le centre du pays avec des pluies qui n’ont pas toujours été au rendez-vous.

« Campagne agricole 2017-2018 à l’Office riz de Ségou, la famine menace à Tamani et Famana. » En effet, le journal souligne que « l’insuffisance de la pluviométrie n’a pas permis le remplissage de l’ouvrage d’irrigation des parcelles. Conséquence : ce sont les champs asséchés de riz qui s’étalent à perte de vue. »

Le chef de la zone de l’Office du Niger, Oumar Traoré, a demandé au ministre de l’agriculture une aide alimentaire dans la zone. Le ministre Nango Dembéle lui a répondu : ‘’je ferai de mon mieux pour prendre toutes les dispositions idoines afin que ce fléau soit circonscrit », rapporte l’Essor.

Restons avec le monde rural mais avec le quotidien l’Indicateur du renouveau. Le journal rapporte un différend entre agriculteurs et éleveurs, comme cela arrive souvent au Mali.

« Depuis un certain temps, la tension est vive entre éleveurs transhumants et la population de l’arrondissement de Flamana dans le cercle de Yanfolila. Et pour cause. La dernière accuse les premiers d’occuper toutes ses zones agricoles. Ce qui amené la population de cet arrondissement à enjoindre aux éleveurs de quitter la zone. Conséquences : les éleveurs et leurs animaux sont les cibles d’une population hostile, selon certains témoignages », explique le journal.

AD/od/APA

(Publicité)

Commentaires
Haut