Maroc

31 octobre 2017 – Politique et économie s’imposent à la Une des quotidiens marocains

Les quotidiens marocains parus ce mardi consacrent de larges commentaires a divers sujets d’actualité

Photo d'archive

APA-Rabat (Maroc) – Les quotidiens marocains parus ce mardi consacrent de larges commentaires aux tractations pour le remaniement ministériel à l’état du champ politique au Maroc ainsi qu’à d ainsi qu’à d’autres sujets d’ordre politique et économique.Au sujet du remaniement ministériel, +Le Matin+ écrit que le chef du gouvernement opte, dans un premier temps, pour la solution la plus simple. Il a pris contact avec les partis du Progrès et du Socialisme (PPS) et du Mouvement Populaire (MP) dans l’objectif de choisir les noms des ministres à proposer au Roi pour prendre en charge les départements vacants.

Cela dépendra des décisions qui seront prises, en ce qui concerne le PPS, par son comité central qui doit décider s’il reste ou nom dans la majorité. Des membres du bureau du MP disent qu’ils n’ont pas encore été informés des résultats des contacts que le chef du gouvernement a eus avec leur dirigeant.

+Bayane Al Yaoum+ revient sur l’état du champ politique au Maroc. La publication dénonce des tentatives de discréditer les partis politiques, en se hâtant de vilipender les ministres, récupérer certains faits et procéder à une généralisation mal à propos.

En fait, tout le monde sait que les nombreux défis et problèmes auxquels sont confrontés les Marocains sont la conséquence de la mauvaise gestion des technocrates, dépourvus de réflexion politique et d’un souci démocratique, relève-t-il.

Le Maroc a intérêt à demeurer attaché à son choix politique, démocratique et pluraliste, à stopper la régression et le rabaissement de la politique et à faire en sorte que la pratique politique, les partis, les élections et les différentes institutions retrouvent leur crédibilité, leur rayonnement et leur noblesse, estime-t-il.

+L’Opinion+ rapporte que l’Office chérifien des phosphates (OCP) a démenti « catégoriquement » être à l’origine de quelconques problèmes respiratoires ressentis par les populations riveraines de Safi dans le courant de la journée de samedi 28 octobre.

Dans une mise au point publiée en réaction à certains articles de presse, qui ont fait état de nombreux cas de gênes respiratoires à Safi, le samedi, et des admissions aux urgences hospitalières de la ville, qui seraient causées par des émanations de gaz provenant des installations de l’OCP, l’office affirme que « durant la période susmentionnée, les installations OCP de Safi étaient en fonctionnement normal ».

+Libération+ souligne que le feuilleton de la participation de la pseudo-RASD au sommet UA-UE prévu les 29 et 30 novembre à Abidjan a connu un nouveau rebondissement avec l’annonce par le polisario de sa présence à l’événement affirmant avoir reçu une invitation du bureau du président de la Commission de l’Union africaine.

Or, et comme le prouve le cas du Festival mondial de la jeunesse et des étudiants, l’invitation est une exclusivité du pays hôte. Comme il est de coutume, c’est exclusivement au pays hôte, dans ce cas la Côte d’Ivoire, que revient le droit d’adresser des invitations et non pas aux services de la commission africaine. Ensuite, c’est à ce pays hôte de délivrer les visas d’entrée sur son territoire aux délégations des pays conviés, fait savoir le quotidien.

Revenant sur la crise espagnole, après le referendum sur l’indépendance de la Catalogne, +l’Economiste+ estime que « ce sujet est important au moment où El Othmani doit refaire son gouvernement », faisant savoir que « le soutien très ferme apporté à Madrid par les puissances occidentales relativise terriblement les idées et idéologies qui se sont développées autour du droit des peuples de disposer d’eux même ».

HA/APA

(Publicité)

Commentaires
Haut