Afrique

Les réformes institutionnelles au centre de la 22e réunion du CAF de la CEDEAO

Le président du CAF, l’ambassadeur Kadangha Bariki Edawé Limbiyè

Photo : AIP

Abidjan, 14 nov (AIP) – Le Vice-président de la Commission de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), Edward Singhatey, a souligné l’importance capitale des réformes institutionnelles dans lesquelles la Communauté ouest-africaine s’est engagée depuis plusieurs années.

Dans son allocution de bienvenue à l’ouverture, lundi à Abuja, au Nigeria, de la 22ème réunion du Comité de l’administration et des finances (CAF) de la CEDEAO, il a rappelé l’approbation par les chefs d’État d’une nouvelle structure prévue pour la Commission et toutes les institutions de l’organisation régionale à partir du 1er trimestre 2018.

« Il est donc d’une importance primordiale que les questions présentées soient examinées sans passion et en ayant uniquement à l’esprit l’avenir de la communauté dans la formulation des recommandations qui vont émerger de cette réunion », a-t-il déclaré.

Tout comme M. Singhatey, le président du CAF, l’ambassadeur Kadangha Bariki Edawé Limbiyè, du Togo, dont le pays assure actuellement la présidence en exercice de la CEDEAO, a invité les États membres à honorer leurs engagements au titre du prélèvement communautaire.

« Je voudrais vous rappeler que le prélèvement communautaire reste l’épine dorsale des recettes de la CEDEAO. En effet, le prélèvement communautaire contribue pour environ 95% aux recettes totales de la CEDEAO », a-t-il précisé. Pour lui, il y a nécessité que chaque État de la Communauté honore ses engagements sans oublier les arriérés.

Cette 22ème réunion du CAF sera consacrée à l’examen d’une série de documents, de rapports et de memoranda aussi bien pour information que pour discussion, rapporte un communiqué de presse de la CEDEAO transmis mardi à l’AIP.

(AIP)

cmas

(Publicité)

Commentaires
Haut