Burkina

07 Décembre 2017 – L’affrontement entre étudiants à l’Université de Ouagadougou fait la une des quotidiens burkinabè

Les quotidiens burkinabè commentent largement l’affrontement entre des étudiants de l’Université Ouaga1

Photo : d'archives

APA-Ouagadougou (Burkina Faso) – Les quotidiens burkinabè parvenus à APA ce jeudi matin, commentent largement l’affrontement entre des étudiants de l’Université Ouaga1 Pr Joseph Ki-Zerbo, qui s’est produit la veille et s’est soldé par plusieurs blessés.

«Université Ouaga1 Pr Joseph Ki-Zerbo: Affrontement sanglant entre étudiants», arbore le journal privé Le Pays qui présente aussi à sa Une des photos d’étudiants blessés.

L’autre quotidien privé Aujourd’hui au Faso renchérit quand il renseigne que «des affrontements entre étudiants font une dizaine de blessés». Des incidents que l’on sentait venir, note le journal.

En effet, selon la publication, la divergence est née suite au mot d’ordre de 72 heures, décrété par l’Association nationale des étudiants du Burkina (ANEB) pour exiger la levée des sanctions prises par l’administration universitaire contre un des leurs qui aurait bastonné l’un de ses camarades.

A ce sujet, le journal Le Quotidien présente en manchette l’image de manifestants et de certains étudiants blessés, accompagnée de ce titre: «Grève de 72 heures de l’ANEB: Cailloux et gourdins pour faire respecter le mot d’ordre».

De son côté, L’Observateur Paalga, le doyen des quotidiens privés du Burkina Faso affiche en manchette: «Grève de l’ANEB : quand le campus devient un ring».

Et de préciser qu’une manifestation de l’ANEB a viré en battue, hier mercredi 6 décembre, contre les étudiants qui n’observaient pas le mot d’ordre de grève de 72 heures.

«Pour les +ANEBistes+, la situation a dégénéré car l’administration a monté des étudiants pour contrer leur manifestation», rapporte L’Observateur Paalga.

Les journaux reviennent également sur l’affaire Norbert Zongo, notamment la demande d’extradition de François Compaoré, frère cadet de l’ex-président Blaise Compaoré.

Ainsi le quotidien national Sidwaya fait remarquer que «la justice française a enclenché la procédure», là où Aujourd’hui au Faso mentionne que «les choses bougent à Paris».

Ce dernier journal cite un communiqué du ministère de la Justice burkinabè informant que la procédure a été enclenchée par le parquet de Paris.

Aujourd’hui au Faso rappelle qu’«inculpé pour +incitation à l’assassinat+ et visé par un mandat d’arrêt international, le frère de Blaise Compaoré avait été interpellé, le 29 octobre dernier à l’aéroport Paris-Charles-de-Gaulle».

ALK/cat/APA

(Publicité)

Commentaires
Haut