Maroc

07 Décembre 2017 – Politique, enseignement, santé et sport meublent la Une des quotidiens marocains

Les quotidiens marocains parus ce jeudi consacrent de larges commentaires à la réaction du Roi Mohammed VI

Photo : d'archives

APA-Rabat (Maroc) – Les quotidiens marocains parus ce jeudi consacrent de larges commentaires à la réaction du Roi Mohammed VI suite à la décision de Washington de reconnaître Al-Qods comme capitale d’Israël et d’y transférer son ambassade, au remaniement ministériel, au secteur de l’enseignement, à la lutte contre la contrebande des médicaments et à la course à l’organisation de la Coupe du monde 2026.

Au sujet d’Al Qods, +Le Matin+ rapporte que sur hautes instructions de du Roi Mohammed VI, Amir Al Mouminine et Président du Comité Al-Qods, le ministre des Affaires étrangères, Nasser Bourita, a convoqué, mercredi, la chargée d’affaires de l’ambassade des États-Unis à Rabat et les ambassadeurs de Russie, de Chine, de France et du Royaume-Uni accrédités à Rabat, en tant que pays membres du Conseil de sécurité de l’ONU, en présence de l’ambassadeur de l’État de Palestine à Rabat.

Au cours de cette réunion, M. Bourita a remis officiellement à la chargée d’affaires de l’ambassade des États-Unis le message écrit adressé par le Souverain marocain au président Donald Trump, et dans lequel le Roi exprime sa profonde préoccupation au sujet de la décision que compte prendre l’administration américaine, insistant sur la centralité de la question d’Al-Qods, le refus de toute atteinte à son statut juridique et politique et la nécessité de respecter sa symbolique religieuse et de préserver son identité civilisationnelle ancestrale, souligne le communiqué, cité par la publication.

Dans le même sillage, +Libération+ souligne que le Maroc a exprimé sa profonde inquiétude et sa vive condamnation de la décision des Etats-Unis de reconnaître Al-Qods comme capitale d’Israël et de transférer son ambassade à cette ville sainte.

Selon un communiqué du ministère des Affaires étrangères, cité par le quotidien, « une telle initiative s’inscrit en contradiction flagrante avec la légalité internationale et plus particulièrement les deux résolutions 2253 et 2254 de 1967 de l’Assemblée générale des Nations unies, ainsi qu’avec les conventions conclues et les ententes entre les deux parties, palestinienne et israélienne.

Une telle décision est de nature à impacter négativement les efforts intenses que l’administration américaine ne cesse de déployer en vue de relancer le processus politique. Elle peut même anéantir définitivement les chances qui restent de réaliser la paix dans la région, souligne le MAECI, qui met en garde contre le fait qu’Israël peut utiliser cette décision pour poursuivre sa politique systématique de judaïsation de la ville sainte et effacer ses aspects religieux et spirituel.

Pour sa part, +Assabah+ estime que le remaniement ministériel attendu depuis plusieurs semaines, risque de se prolonger.

Selon le journal, la majorité gouvernementale pourrait voir s’aggraver les dissensions, au vu des prises de position, jugées rigides, du Parti Justice et Développement (PJD au pouvoir) et du chef du gouvernement.

Ainsi, note le quotidien, alors que Saâd-Eddine El Othmani s’accroche à une interprétation littérale du communiqué du Cabinet royal qui a annoncé le limogeage de quatre membres du gouvernement, son parti soupçonne le RNI de vouloir mettre la main sur les ministères de l’Education nationale et de la Santé.

C’est, du moins, ce que croient savoir certaines parties du PJD qui, d’ailleurs, imputent au RNI la responsabilité de ce nouveau blocage pour avoir voulu imposer un remaniement élargi du gouvernement.

+Al Massae+ se fait l’écho d’un rapport international sur la lecture et selon lequel 63% des écoles marocaines ne disposent pas de bibliothèque et les 28% qui en sont dotées disposent d’à peine 500 livres.

Le quotidien, qui rapporte cette information, indique que « le plus inquiétant est que les élèves viennent aux bibliothèques très fatigués ou affamés ». En plus, 12% des élèves s’absentent régulièrement.

Quant à l’apprentissage avant le primaire, 69% des élèves sondés ont révélé n’avoir pas été initiés à la lecture par leurs parents. Par ailleurs, 22% seulement ont déclaré que leurs parents aimaient la lecture. « Cette situation impacte négativement l’amour des élèves pour la lecture », souligne le journal.

+Al Ahdath Al Maghribia+ évoque la problématique de la contrebande de médicaments au Maroc. La publication fait savoir que de janvier à fin novembre 2017, la Direction Générale de la Sûreté Nationale (DGSN) a traité 41 affaires de contrebande de médicaments et divers produits pharmaceutiques impliquant 51 personnes.

Ces opérations coup de poing ont permis la saisie de pas moins de 32.584 unités de médicaments et de 133 litres d’alcool à usage médical. Ces coups de filet, précise le journal, ont été effectués en collaboration avec les représentants des autorités sanitaires et des professionnels de la pharmacie.

Des sources professionnelles du secteur pharmaceutique ont fait part au quotidien de leur inquiétude face aux nouveaux modes opératoires des réseaux de contrebande de médicaments: la vente sur Internet, par téléphone, voire la livraison directe au client. Ces méthodes échappent, en effet, à tout contrôle des autorités compétentes.

Au registre sportif, +Assabah+ rappelle que la course à l’organisation de la Coupe du monde 2026 a déjà commencé. Le Maroc, officiellement candidat pour abriter cette édition du Mondial, devra se battre contre le dossier du trio, États-Unis Mexique et Canada.

Selon le quotidien arabophone, la candidature nord-américaine s’est heurtée à une très grosse problématique. Le mardi dernier la plus haute instance juridique des États-Unis a confirmé la décision de Donald Trump de vouloir interdire l’entrée au territoire américain de ressortissants de six pays musulmans.

Il s’agit des pays suivants : l’Iran, la Somalie, la Syrie, le Yémen, et la Libye. En plus de cela le président américain a imposé quelques règles très strictes pour les habitants de la Corée du Nord et à quelques responsables du Venezuela.

Cette décision va tout à fait à l’encontre des principes de la FIFA et des contraintes qu’elle impose aux pays organisateurs. Pour le quotidien, cette décision du tribunal américain conforte la position du dossier marocain. Le président de la FIFA, Gianni Infantino, avait déjà déclaré au mois de mars dernier que la FIFA écarterait la candidature d’un pays qui refuse l’accès à des ressortissants d’autres pays.

HA/APA

(Publicité)

Commentaires
Haut