Yamoussoukro D.A.

Les populations plaident pour la réhabilitation des voies de Yamoussoukro

Les députés Baba Sylla et Kouassi Kouamé Patrice dit KKP à l’écoute des populations de Yamoussoukro

Photo : AIP

Yamoussoukro, 24 déc (AIP) -Les populations de Yamoussoukro ont plaidé samedi pour la réhabilitation des voies en dégradation de Yamoussoukro, à défaut du transfert effectif de la capitale politique et administrative de Côte d’Ivoire pour restaurer la splendeur de la ville.

Le plaidoyer des populations a été exprimé lors de la traditionnelle rencontre d’informations initiée par les députés Baba Sylla et Kouassi Kouamé Patrice dit « KKP » à leur permanence de Yamoussoukro.

Venus nombreux écouter leurs représentants à l’Assemblée nationale, les chefs traditionnels et de communautés, les représentants des associations de jeunes et de femmes ont tous souhaité une réelle réfection des voies à la place de la fermeture des nids de poules en cours en ce moment.

Les populations ont dénoncé, par ailleurs, l’instrumentalisation de la chefferie traditionnelle qu’elles estiment non objective, parce qu’inféodée à la politique, selon ces dernières.

Les représentants des populations de la capitale ivoirienne ont aussi dénoncé les nuisances sonores de plus en plus fréquentes, l’occupation des voies par les commerçants, ainsi que les eaux usées issus des puits perdus et de la fabrication d’attiéké (semoule de manioc) que certains habitants laissent couler sur le bitume depuis leurs domiciles.

Les questions des loyers des maisons jugés exorbitants et les frais annexes au niveau de l’école ont été également soulevées au cours de cette rencontre, tout comme le phénomène des enfants en conflit avec la loi dont les populations de Yamoussoukro ont recommandé une résolution pour éviter son extension dans toutes les villes.

Les députés Kouassi Kouamé Patrice et Baba Sylla ont pris bonne note et l’engagement à faire en sorte que des solutions soient apportées aux préoccupations des populations de Yamoussoukro.

La séance de rencontre a été aussi l’occasion pour les élus de Yamoussoukro de donner des informations sur les lois votées à l’Assemblée nationale, notamment le budget de la CEI qui passe de quatre à neuf milliards de F CFA et le budget 2018 de l’Etat qui s’équilibre en ressources et en charges à 6 756,2 milliards de FCFA soit une hausse de 4,3% par rapport à celui de 2017 revisité à un niveau de 6.447.6 milliards de FCFA.

(AIP)

Nam/kp

(Publicité)

Commentaires
Haut