Crash d'avion

Une simulation pour détecter des signaux de détresse d’un avion lors d’un crash à Grand-Bassam

Les forces impliquées lors de l”exercice de simulation à Grand Bassam

Photo : AIP

Abidjan, 10 fév (AIP) – Un exercice de simulation a permis de détecter, samedi, des signaux de détresse émis par une balise de détresse du crash supposé d’un aéronef, à Grand Bassam.

Cette mise en situation réelle a donné lieu à un déploiement d’un détachement du Groupement des sapeurs-pompiers militaires (GSPM), des éléments des forces armées de l’air et des bénévoles de l’association Adrasec.

L’association Adrasec Côte d’Ivoire, initiatrice de ce programme, a donné l’opportunité aux différentes structures, de tester la chaîne de recherche en cas de sinistres de ce genre.

L’exercice, d’une durée approximative de 2h03, s’est déroulé dans un losange délimité par les quartiers de Modeste, Vitré 1 et Moossou à Grand Bassam, avec des équipes mobiles, aidés de goniomètres de l’Adrassec Sénégal.

Lorsqu’un aéronef s’écrase, une balise de détresse se déclenche automatiquement et émet un signal capté par une série de satellites, défilants et géostationnaires, sur la bande de détresse internationale des 406 MHz, rappelle-t-on.

La non connaissance préalable du lieu exact du crash de l’appareil et de la position exacte de sa balise de détresse est une condition de réalisme de l’exercice, a déclaré le président de l’association Adrasec Côte d’Ivoire, Mathurin Amoa.

Une activité qu’a jugé fondamental pour secourir des victimes et sauver des vies humaines, le chef du bureau emploi du GSPM et chef de détachement, le Lieutenant-Colonel Karamoko Vadiawé,

Cette manifestation doit amener, notamment, les autorités en charge de l’aviation à se prémunir conséquemment contre ces éventualités, selon le lieutenant-colonel Zilliox Jean Claude, conseiller du ministre de la Sécurité et de l’Intérieur.

Il faudra, à cet effet, coupler la recherche terrestre à la recherche aérienne, pour peaufiner ce type de travail, pour le Commandant chef centre de recherche et sauvetage de l’armée de l’air, Doua Théophile.

Ces simulations sont inscrites dans les recommandations de l’Organisation de l’aviation civile internationale (OACI), à chaque pays membre, afin de tester l’efficacité du plan d’urgence des aéroports.

(AIP)

nmfa/fmo

(Publicité)

Commentaires
Haut