San-Pédro

Les exigences des enseignants du secondaire public de San Pedro avant toute reprise des cours

Le préfet a face aux enseignants dans la salle des profs du lycée moderne de San Pedro

Photo : d'archives

San Pedro, 08 mars (AIP) – Trois syndicats des enseignants et des personnels d’encadrement des lycées et collèges publics de San Pedro ont, après deux réunions spéciales, lundi et mardi, produit une motion de protestation, contenant leurs exigences à satisfaire avant la reprise des cours, suspendus par eux depuis lundi, pour une semaine renouvelable.

Cette motion de protestation a été faite, suite aux actes de violence perpétrés par des élèves le 22 février sur des enseignants, encadreurs, et le matériel de travail, aux lycées Yébarth 1 et 2 et au collège moderne de la ville de San Pedro, agissant ainsi dans le but d’empêcher la tenue des examens régionaux blancs. Ces derniers évènements sont la suite d’actes répétés de violence des élèves dans les établissements secondaires de la ville depuis quelques mois.

Au nombre des décisions arrêtées, les enseignants et personnels d’encadrement du secondaire public de la ville de San Pedro ont décidé, outre la suspension des cours depuis lundi, pour une semaine renouvelable, «  l’attribution de la note de 00/20 (zéro sur vingt) à chaque composition », exigeant en plus « la réparation systématique des véhicules endommagés ».

Les syndicats exigent également, entre autres, « la construction et/ou l’achèvement des clôtures autour de chaque lycée et collège de San Pedro », de même que « l’identification et la sanction formelle des auteurs des actes de violences ».

La motion dont l’AIP a reçu copie mercredi, a été faite par la Coordination des enseignants du second degré de Côte d’Ivoire (CESCI), le Syndicat national des enseignants du second degré de Côte d’Ivoire (SYNESCI) et le Syndicat national du personnel de l’éducation nationale (SYNAPECI). Elle est adressée au Directeur régional de l’Education nationale, de l’Enseignement technique et de la Formation professionnelle (DRENET-FP).

Une délégation du ministère est arrivée mercredi pour échanger avec les autorités administratives et les enseignants en colère.

(AIP)

jmk/fmo

Commentaires
Haut