Séguéla

Filière diamant : La délivrance des cartes d’exploitants miniers reprend à Séguéla

Coulibaly Inza brandit fièrement sa carte

Photo : AIP

Séguéla, 09 mars (AIP) – La délivrance des cartes d’exploitants miniers, qui vise une meilleure organisation de la filière diamantifère, a été relancée jeudi, au cours d’une cérémonie à Sokoura, village situé à une vingtaine de kilomètres de Séguéla, en présence des autorités administratives conduites par le préfet Benjamin Effoli ainsi que de tous les acteurs de ladite filière que sont les collecteurs, les points focaux et les présidents des Sociétés coopératives (SCOOP).

« Les cartes sont importantes parce qu’elles sont une obligation de la loi, mais c’est aussi une marque d’engagement de tous les acteurs de la filière à respecter la chaine légale », a fait savoir le directeur national du projet ‘’Droits de Propriété et Développement du Diamant Artisanal II’’ (DPDDA II), Terah DeJong, dont la structure contribue, en partie, au renforcement de la légalisation du diamant produit en Côte d’Ivoire.

Souhaitant une consolidation du ‘’travail abattu dans la filière par le respect de la chaîne des valeurs’’, Terah DeJong a donc appelé à une plus forte implication des différents acteurs dans la délivrance des cartes d’exploitants miniers qui concernent, souligne-t-on, tous ceux qui interviennent dans le secteur, à savoir les propriétaires terriens, les ouvriers et les collecteurs.

« C’est un point important pour la traçabilité de la chaîne. Il faut qu’on identifie, qu’on sache qui fait quoi », a, pour sa part, déclaré la secrétaire permanente du processus de Kimberley, Mme Thès Fatimata, qui a rappelé que des contrôles seront bientôt menés de concert avec la gendarmerie qui vient de signer un partenariat avec la Société de développement minier de la Côte d’Ivoire (SODEMI), à l’issue des trois que durera l’opération.

La procédure de délivrance des cartes d’exploitants miniers se fait dorénavant sur les sites par des agents de la direction départementale des Mines commis à la tâche, moyennant la somme de 5 000 francs CFA. La photo étant prise en charge par le projet DPDDA II.

« Vous ne pouvez pas être dans une filière organisée, reconnue et n’avoir aucun élément d’identification. Après cette étape, il faudrait que force reste à la loi et que l’Etat procède à un contrôle systématique de sorte que ceux qui ont été identifiés puissent continuer à travailler et que ceux qui ne le sont pas, ne soient pas vus sur le terrain parce qu’ils seraient des clandestins », a préconisé le préfet Benjamin Effoli, avant que le secrétaire de la SCOOP de Sokoura, Coulibaly Inza, ne se fasse établir son document d’identité sur-le-champ.

Alors que des milliers de personnes interviennent dans la filière diamantifère à Séguéla, seulement quelques-uns sont détenteurs de cette carte dont le lancement de la délivrance en 2014 a été l’un des actes majeurs posés dans l’optique de la levée de l’embargo sur le diamant made in Côte d’Ivoire.

(AIP)

kkp/fmo

Commentaires
Haut