Culture

Des centaines de personnes célébrent en fanfare les 25 ans d’existence du marché d’art et de spectacle d’Abidjan (REPORTAGE)

Photo : Alerte Info

Abidjan, 11 mars 2018 – 15H32 GMT [ALERTE INFO]- Rassemblés en petits groupes au passage des marionnettes dans la commune abidjanaise de Treichville (sud), plus d’une centaine de personnes ont commémoré samedi les 25 années d’existence du Marché des arts et du spectacle d’Abidjan (MASA) qui enregistre, pour cette édition, la participation de plus de 65 pays.

Au son de la musique distillée par la fanfare, les marionnettes en file indienne exécutaient des pas de danse aux alentours du Palais de la culture, perturbant par moment la circulation.

Eblouis par le spectacle offert, des enfants bravaient la forte chaleur qui règne sur Abidjan; se ruaiant autours des girouettes avec une préférence pour celles en forme d’animaux sauvages notamment le lion et le lièvre.

A l’entrée de l’espace abritant l’événement, des éléments de la police et la gendarmerie, vérifiaient minutieusement le contenu des sacs ou sachets des participants, avant de les faire passer au portique de sécurité.

Dans l’enceinte du Palais de la culture, des exposants, n’ayant pas encore achevé l’installation de leurs stands, s’empressaient de terminer leurs travaux, afin de proposer divers articles aux visiteurs.

Quelques stands de participants venus du Niger, Sénégal et Mali, commençaient à attirer la curiosité des personnes présentes à l’ouverture de la 10e édition du Masa.

Des galeries photos qui retraçaient les débuts du Masa ont été exposés, à la grande joie des festivaliers.

En uniforme d’école ou en tee-shirts, des élèves et étudiants de l’Institut national supérieur et de l’action culturelle (Insaac, publique), surexcités se bousculaient pour accéder à la salle François Lougah, d’une capacité de 1.500 places, où se tenait la cérémonie d’ouverture.

Sur scène, un orchestre dont les musiciens étaient vêtus aux couleurs nationales (orange-blanc-vert), jouaient quelques classiques de la musique africaine au grand bonheur des spectateurs.

A l’apparition du masque Zaouli, originaire du centre-ouest ivoirien, c’était l’euphorie dans la salle.

“Le Masa nous fait oublier nos soucis quotidiens, c’est tellement beau de voir tout ce monde réuni”, s’exclamait Francis Kouassi, la vingtaine, vêtu d’un tee-shirt aux couleurs blanches et marrons du festival

Pour Fabrice Assemien, artiste ivoirien qui participe au festival “depuis plus de 10 ans”, “c’est vraiment une fierté de voir les grands progrès” enregistrés au fil des années.

Selon le ministre ivoirien de la Culture, Maurice Bandaman, cet événement “est devenu un festival mondial qui fait d’Abidjan un Hub culturel”, félicitant Jean-Louis Roy et Alimata Sambéré, qui ont participé à la création du marché des arts et du spectacle d’Abidjan.

Des milliers d’artistes présents à ce marché feront des prestations en danse, musique, conte, slam, mode dans plusieurs communes de la ville d’Abidjan, mais aussi dans d’autres villes du pays, Korhogo (nord) ou Bouaké (centre).

Créé en 1993 par l’Organisation internationale de la francophonie (OIF), ce festival se tient tous deux ans à Abidjan et rassemble des artistes de divers horizons.

Suspendu en 2002, en raison de la crise politico-militaire qu’à connue la Côte d’Ivoire, ce marché d’art a repris de plus belle en 2014.

“Je ne ferai pas de discours, car aujourd’hui, ça fait 25 ans que le MASA existe”, indiquait Henriette Diabaté, l’ancienne ministre de la Culture ivoirienne et fondatrice du marché, avant d’esquisser des pas de zouglou, sous les acclamations de la foule.

HAN

(Publicité)

Commentaires
Haut