Sécurité

L’an 2 de l’attentat de Grand-Bassam commémoré sur fond de procession

Des victimes de l’attentat du 13 mars 2016 à Grand-Bassam

Photo : AIP

Abidjan, 13 mars (AIP)- La commémoration mardi, du deuxième anniversaire de l’attentat de Grand-Bassam, a été marquée par une procession de la mairie à la stèle érigée en mémoire des victimes de cet attentat, au carrefour menant au quartier France, suivie d’un dépôt de gerbes de fleur et de recueillement.

Tour à tour, le ministre d’Etat, ministre de la Défense, Hamed Bakayoko, le ministre de l’Intérieur et de la Sécurité, Sidiki Diakité, le ministre de la Santé et de l’Hygiène publique, Raymonde Goudou Coffie, l’ambassadeur de France en Côte d’Ivoire, Gilles Huberson et le maire de la commune de Grand-Bassam, Georges Philippe Ezaley ont déposé des gerbes de fleurs en souvenir des disparus.

« Le sens de cette présence du gouvernement, c’est le souvenir de la Nation, d’un Etat qui n’oublie pas un évènement tragique et grave qui a marqué nos consciences et qui nous a mobilisés. Il nous fallait venir ici nous souvenir de nos martyrs, apporter notre compassion aux familles et à la ville », a expliqué d’emblée le ministre d’Etat, ministre de la Défense, Hamed Bakayoko.

« La Côte d’Ivoire est un pays qui se bat pour qu’il y ait la paix ici, dans la sous région et dans le monde. Les ivoiriens ont été marqués et pour ces deux ans, on a voulu sur instruction du président de la République et l’onction du Premier ministre, venir apporter la compassion, la solidarité du gouvernement à toutes les victimes et à tous les parents de victimes », a-t-il poursuivi.

Pour le maire de la commune « martyrs », Georges Philippe Ezaley, la Côte d’Ivoire en général et sa commune en particulier, n’oublieront jamais les victimes de cette tragédie. « Que les âmes de nos martyrs reposent en paix et notre compassion et soutien accompagnent les parents des victimes », a-t-il indiqué.

Il s’est, par ailleurs, félicité du sursaut des ivoiriens à ne pas se laisser abattre indéfiniment par cette barbarie et en reprenant goût à la vie. « La vie a repris de plus belle, on est complètement débordé les week-end. Des dispositions spéciales existent et la ville a repris des couleurs comme vous pouvez le constater », a-t-il assuré.

La plage de la ville balnéaire de Grand-Bassam, à une quarantaine de kilomètres d’Abidjan, a été attaquée par des terroristes le 13 mars 2016, faisant 19 morts et 22 blessés, rappelle-t-on. Cet attentat a été revendiqué par le groupe djihadiste AQMI.

Le présumé cerveau de l’organisation de cet attentat a été arrêté en janvier 2017, dans le Nord du Mali, par les forces françaises de l’opération Barkhane.

(AIP)

gak/fmo

(Publicité)

Commentaires
Haut