Yamoussoukro D.A.

Le proviseur dément les rumeurs d’enlèvement d’enfants au lycée Mixte 2 de Yamoussoukro

Madame le Proviseur du Lycée Mixte 2 de Yamoussoukro Yao Virginie

Photo : AIP

Yamoussoukro, 13 mars (AIP) -Les cours ont été perturbés, lundi et mardi, au lycée mixte 2 de Yamoussoukro, par un groupe d’élèves se réclamant de la Fédération estudiantine et scolaire de Côte d’Ivoire (FESCI), au motif qu’une élève serait violée et une autre portée disparue au sein de l’établissement, une rumeur démentie par le proviseur du lycée mixte 2 de Yamoussoukro, Virginie Yao.

« Je rassure qu’au lycée mixte 2, il n’y a pas de disparition d’élève, il n’y pas d’élève violée, je ne sais pas d’où ils tiennent leur information, mais à ce jour, ils sont incapables de dire le nom des élèves violées ou disparues et je n’ai pas reçu aucune de preuve ou plainte de parents, je peux dire qu’il n’y a pas ce cas-là », a confié à l’AIP, le proviseur du lycée rencontré à son bureau.

Les meneurs menacent les professeurs, jettent des pierres aux enfants et font croire aux enfants qu’une fille de sixième aurait été violée parce qu’elle serait allée se soulager dans les broussailles, et une autre aussi dans les mêmes conditions aurait disparu depuis vendredi.

Selon le proviseur du Lycée Mixte 2, les réclamations portent sur des revendications déjà exprimées et qui sont relatives aux Tee-shirt dont les derniers sont déjà confectionnés pour les derniers inscrits et aux macarons déjà distribués. « Ils revendiquent également des toilettes qui existent bel et bien même si elles sont en nombre insuffisant et disent vouloir être à l’internat alors qu’ils savent qu’il n’y a pas d’internat au lycée mixte 2 de Yamoussoukro », a expliqué Virginie Yao.

Elle a expliqué que les instances de la disent ne pas reconnaître ce groupe qui se revendique de la FESCI. « Nous avons échangé par l’intermédiaire du conseil scolaire qui est rentré en négociation avec eux, et ils ont répondu qu’ils ont trois jours de sifflet et donc il faut qu’il siffle ». Ces élèves identifiés avaient déjà perturbé les cours au premier trimestre, puis il y a de cela deux semaines. Ce sont des enfants identifiés dont les parents refusent de répondre aux convocations », a déploré le proviseur.

Les professeurs excédés par ces agissements et agressions ont prévu une rencontre en vue de faire des propositions et prendre des dispositions pour le bon fonctionnement des enseignements, a fait savoir Doli Samy, le secrétaire général du SYLEG, sous-section des lycées mixtes 1 et 2 et du lycée scientifique.

(AIP)

nam/fmo

Commentaires
Haut