Réconciliation

Le général Ouassenan Koné exhorte les ivoiriens à cultiver la paix

L’Honorable Gaston Ouassénan Koné du PDCI-RDA

Photo : AIP

Abidjan, 13 avr (AIP)- Le général à la retraite, Gaston Ouassenan Koné, a exhorté les ivoiriens à cultiver la paix pour vivre en sécurité dans l’harmonie et pour demeurer plus sereins malgré les désaccords qui pourraient survenir entre eux.

« En tant qu ivoiriens, nous devons à partir du discours du père de la nation, feu Félix Houphouët-Boigny qui disait  que la paix n est pas un mot mais un comportement, faire tout notre possible pour chercher à régler les conflits à partir du dialogue qui doit être une seconde religion », a déclaré le général à la retraite,  Gaston Ouassenan Koné, alors invité de la huitième édition de la grande conférence royale de l’université Charles Louis de Montesquieu.

C’est pourquoi, il a souhaité que les alliances à plaisanterie et sacrificielles soient appliquées pour assurer la paix et la sécurité des populations ivoiriennes en vue d’assurer la concorde entre les peuples ivoiriennes.

« C’est seulement à ce prix que nous pourrons développer notre pays dans la stabilité pour tous et assurer un avenir meilleur à nos enfants pour qui nous avons le devoir de léguer une culture de paix pour leur bien-être », a t il soutenu.

Poursuivant l’ancien ministre de l’intérieur, Ouassenan Koné a rappelé qu’ « en dépit de ce qu a traversé l’Afrique pendant la colonisation, ses habitants sont restés humains, sans rancune, recherchant l’amitié et une paix si chère à feu le président Félix Houphouët-Boigny ».

Le général Gaston Ouassénan Koné occupera successivement les postes de secrétaire d’État à l’Intérieur en 1974 et de ministre de la Sécurité en 1977 sous l’autorité du Président Félix Houphouët-Boigny. Le Président Henri Konan Bédié lui confiera également le poste de ministre de la Sécurité, dans le Gouvernement Kablan Duncan en 1993.

Mais avant, Ouassenan Koné aura exercé les fonctions d’ambassadeur en Argentine, au Chili et en Uruguay. Cependant, c’est en 2000 que le général, désormais à la retraite, embrasse plus ouvertement une carrière politique. Il est candidat à la présidence de la République pour l’élection de 2000 mais sa candidature sera rejetée par la Cour suprême. Toutefois, il est élu député, la même année puis président du groupe parlementaire Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI), a-t-on appris.

(AIP)

tg/fmo

Commentaires
Haut