Maroc

16 Avril 2018 – Divers sujets à la Une des quotidiens marocains

APA-Rabat (Maroc) – Les quotidiens marocains parus ce lundi traitent de diverses thématiques notamment la croissance économique nationale, le marché de l’automobile et le business du green ainsi que d’autres sujets d’ordre international.

+Libération+ relève que la croissance économique nationale devrait légèrement s’accélérer au deuxième trimestre 2018. Selon les derniers chiffres publiés par le HCP, cités par le journal, la valeur ajoutée hors agriculture profiterait d’une amélioration de la conjoncture extérieure, aussi bien dans les économies émergentes qu’avancées.

Dans sa note de conjoncture rendue publique récemment, le HCP a indiqué que la demande mondiale adressée au Maroc s’améliorerait de 5,1%.

+Le Matin + fait remarquer que le Maroc ne compte qu’un petit millier de voitures hybrides, alors même qu’en Europe celles-ci représentent 5% du parc automobile. Même s’ils présentent des avantages indéniables, notamment en termes de consommation, plusieurs barrières freinent encore le passage à ce type de véhicules, à commencer par la barrière psychologique.

« Nous sommes dans un marché qui est diésélisé à 96%, avec un consommateur très axé sur le diesel de par la culture marocaine », écrit la publication.

+L’Economiste+ s’intéresse au business du golf. A ce jour 38 parcours sont opérationnels et une dizaine est en cours de réalisation. Au Maroc, un golf coûte entre 80 et 100 millions DH, précise le quotidien.

L’investissement engagé dans ce secteur dépassera dans les années à venir la barre des 4 milliards DH. Il s’agit d’un investissement vite rentabilisé puisqu’un touriste golfeur dépense entre 2 et 3 fois plus qu’un touriste loisir. Il génère aussi 2,5 emplois indirects dans l’hôtellerie, la restauration, le transport terrestre et aérien… Le marché du golfe croît 2,5 fois plus vite que le marché touristique global, commente-t-il.

+Aujourd’hui le Maroc+ rapporte que les Marocains arrivent en tête des étudiants étrangers en France en 2017, selon les chiffres publiés par l’Agence française pour la promotion de l’enseignement supérieur, l’accueil et la mobilité internationale « Campus France ».

Ainsi, le nombre d’étudiants marocains en France s’élevait à 38.002 dont 43,9% d’étudiantes durant l’année 2016-2017, en hausse de 17% par rapport à la période 2011-2016. Dans ce classement, les Marocains sont suivis des Chinois (28.760).

+L’Opinion+ fait savoir que la société financière internationale (IFC), membre du groupe de la Banque mondiale, s’associe à la Bourse de Casablanca pour développer l’attractivité des entreprises marocaines vis-à-vis des investisseurs.

Selon un communiqué des deux institutions, ce partenariat s’inscrit dans le cadre des efforts déployés par l’IFC pour soutenir la création d’emplois et la croissance économique au Maroc. IFC conseillera la Bourse de Casablanca dans sa stratégie d’accompagnement des PME dans les domaines de la gouvernance et de la communication financière, précise la même source.

+Al Alam+ fait référénce à une étude réalisée par l’ONG britannique « Family optimise », spécialiste des enquêtes sur la famille et la vie conjugale. D’après cette enquête, le taux de célibat parmi les femmes en âge d’être mariées aurait progressé de 4,6%, portant le nombre de femmes célibataires à 8 millions au Maroc.

L’âge du mariage s’établit actuellement à 28 ans chez les filles et 27 ans chez les hommes. En matière de célibat, le Maroc occupe une place avancée parmi d’autres pays arabes, après le Liban et l’Irak où le taux de célibat s’élève à 85% et la Tunisie (81%), révèle cette étude, citée par le journal.

En réaction aux frappes aériennes occidentales contre la Syrie, +Al Ittihad Al Ichtiraki+ indique que le Maroc déplore la dégradation de la situation au Moyen-Orient, et notamment l’escalade militaire en Syrie.

Le Royaume, qui a toujours respecté le droit international, ne peut que dénoncer de la manière la plus claire, le recours aux armes chimiques, notamment contre des populations civils innocentes, souligne le ministère des Affaires étrangères et de la Coopération internationale dans un communiqué, faisant savoir que « les options militaires, y compris les frappes aériennes – aussi justifiées ou proportionnelles soient elles – ne font que compliquer les solutions politiques, aggraver les souffrances des victimes civiles et exacerber leur sentiment à l’égard de l’occident ».

+Al Ahdath Al Maghribia+ souligne que le Maroc a mis l’accent sur la nécessité pour l’UNESCO de renforcer sa présence sur le terrain, à travers « un dispositif hors siège performant, redynamisé et mieux outillé ».

Dans une Déclaration à l’occasion de la 204-ème session du Conseil exécutif de l’UNESCO, qui se tient actuellement à Paris, le Maroc a réitéré son appel à évaluer « l’impact réel des projets et des programmes sur le terrain, au niveau de nos Etats, afin de mettre en évidence les vraies raisons de la non mise en œuvre de certains programmes ainsi que la visibilité de l’Organisation », rapporte la publication.

HA/APA

(Publicité)

Commentaires
Haut