Kaniasso

Le prix bord-champ de l’anacarde varie entre 350 et 450 FCFA à Kaniasso

Photo : AIP

Kaniasso, 17 mai (AIP)-Des producteurs de noix de cajou ont affirmé, jeudi, lors d’un entretien avec l’AIP, être contraints de vendre leurs produits en deçà du prix bord champ fixé par l’Etat, entre 350 francs et 450 francs CFA, faute de meilleurs prix proposés par les acheteurs.

«On nous prend le produit à 400 francs CFA bord champ quand c’est l’acheteur qui se déplace pour nous trouver au village. Certains vendent même à 350 francs CFA parce que cette année, les acheteurs nous disent qu’il n y a pas de financements sur le terrain. Mais nous sommes obligés de vendre puis que nous avons besoin d’argent actuellement pour les cultures de nos champs. Mais les reçus que les acheteurs nous donnent, on accepte qu’ils mettent le prix officiel (500f/kg) pour leur éviter d’avoir des problèmes avec les agents du conseil du coton et de l’anacarde », ont expliqué plusieurs acheteurs à Kaniasso et à Koro-Oulé.

Pour ces producteurs de noix de cajou, la campagne de cette année est une déception pour eux car le prix fixé par le gouvernement n’est pas respecté sur le terrain. Mais en plus, les acheteurs se font rares. Ce qui fait craindre une mévente des stocks et une dégradation du produit à force de le garder espérant de meilleurs prix.

Aux dires des acheteurs, les paysans ne conditionnent pas bien le produit. Pressés qu’ils sont de vendre leurs productions, ils ramassent les noix au lieu de les sécher, ils font la mise en sac et le mettent sur le marché. Mais le prix officiel est donné pour le produit bien sec et bien conditionné, pas pour les produits humides.

Depuis la réforme de la filière en 2013, le prix de la noix de cajou est en déclin pour la campagne de 2018. Ne sachant pas quelques fois à qui s’adresser, les producteurs traitent avec des acheteurs étrangers qui offrent souvent de meilleurs prix aux producteurs. Plus de 25 tonnes de noix de cajou, en partance pour le Mali, ont déjà été saisis par le conseil du coton et de l’anacarde dans le département de Kaniasso.

(AIP)

ss/fmo

(Publicité)

Commentaires
Haut