Yamoussoukro D.A.

Le maire de Yamoussoukro sollicite l’aide des femmes pour entretenir l’héritage d’Houphouët

Le Maire Jean Gnrangbé récompense ici les mamans de Yamoussoukro

Photo : AIP

Yamoussoukro, 08 juin (AIP) -Le maire de Yamoussoukro, Jean Gnrangbé Kouacou, a sollicité jeudi les l’aide des femmes pour continuer à entretenir l’héritage laissé par le président Félix Houphouët-Boigny.

« Je vous demande de m’aider à entretenir l’héritage que Houphouët-Boigny nous a laissé. Je ne suis pas le seul, je suis l’un d’entre vous, demain, ce sera quelqu’un autre mais il y a un héritage que nous devons entretenir », a plaidé le maire à l’occasion d’une cérémonie d’hommage et de don de pagnes aux mamans organisée par le Conseil municipal de Yamoussoukro.

Il a rappelé les paroles d’Houphouët-Boigny invitant ses enfants et petits-enfants à élargir le sillon de développement qu’il a tracé. « C’est à nous qu’il s’adressait aujourd’hui, c’est à nous d’entretenir son héritage », a souligné le maire.

Jean Gnrangbé a exhorté les « enfants » d’Houphouët à laisser tomber les petits palabres, les déconvenues passées. « A Yamoussoukro, il n’y a pas de RDR, de PDCI, de UDPCI. Il y a les habitants de Yamoussoukro et les enfants de Félix Houphouët-Boigny », a fait remarquer le maire.

« Restons ensemble. Dans une famille, il peut y avoir des petits palabres mais ce n’est pas ça qui est diabolique. Ce qui est diabolique, c’est qu’on ne puisse pas régler ces palabres » , a fait remarquer le maire. « Nous sommes des hommes mûrs et intelligents, donc nous allons pouvoir régler nos petits problèmes », a rassuré le maire, tout en renouvelant son appel à la protection de l’héritage commun.

La porte-parole des femmes, Yao Mermoz, a salué le geste aux multiples significations du maire, son souci de partage et l’honneur sans cesse manifesté à l’endroit des femmes. « Nous savons que l’heure exige que vous renforciez la cohésion au sein de la famille », a déclaré Yao Mermoz.

Elle a rassuré le maire de leur soutien afin qu’il continue de piloter le « navire Yamoussoukro » et de protéger l’héritage de paix et la place exceptionnelle de la ville ,« joyau et capitale admirée » que le père fondateur Félix Houphouët-Boigny lui a conférée dans le concert des nations.

(AIP)

nam/cmas

 

(Publicité)

Commentaires
Haut