Yamoussoukro D.A.

Le ministre de l’Agriculture visite l’unité semi-industrielle de fabrication d’Attiéké à Lolobo

Le village de Lolobo est le premier producteur d’Attiéké dans la région du Bélier et le district autonome de Yamoussoukro et le lieu de ravitaillement des ressortissants des pays de l’Hinterland

Photo : AIP

Yamoussoukro, 03 juil (AIP) – Le ministre de l’Agriculture et du Développement rural, Mamadou Sangafowa Coulibaly a visité lundi, l’unité semi-industrielle de transformation de manioc en Attiéké (semoule de manioc cuite à la vapeur) installée à Lolobo, un village situé à 10 km sur l’axe Yamoussoukro – Bouaké.

La visite du ministre Sangafowa s’inscrit dans le cadre du lancement officiel du Projet d’appui au développement des filières manioc et maraîchères en Côte d’Ivoire (PRO2M) dans le village de Lolobo, une localité à forte production de manioc et bénéficiaire du projet.

Installée depuis août à Lolobo, dans le cadre du programme d’appui au secteur vivrier, l’unité semi-industrielle appartient au groupement Edissou (signifiant ‘source intarissable’ en langue locale Baoulé), regroupant 203 femmes et hommes. L’unité a une production journalière de 700 paniers de 48 kg, soit 33,6 tonnes d’Attiéké par jour.

Le village de Lolobo est le premier producteur d’Attiéké dans la région du Bélier et le district autonome de Yamoussoukro et le lieu de ravitaillement des ressortissants des pays de l’Hinterland.

La région Nanafouè dont le sous-sol fertile est favorable à la production du manioc bénéficie d’un projet similaire avec le projet de production de manioc initié par le Conseil régional du Bélier en 2015, appuyé par le District autonome d’Abidjan. Et ce, à travers un financement conjoint de 102 millions de francs CFA qui a permis de distribuer 6,470 millions de boutures à 316 paysans individuels ou en groupements pour planter 647 hectares.

Le ministre de l’Agriculture et du Développement rural qui avait à ses côté l’ambassadeur de l’Union européenne en Côte d’Ivoire, Jean-François Valette, a souhaité que le projet soit placé sous l’autorité morale des chefs traditionnels et administrative des préfets.

Le PRO2M est financé par l’Union européenne à hauteur de 11,5 milliards FCFA. Il permettra de promouvoir la professionnalisation de la filière maraîchère et la filière manioc. Le projet sera exécuté par le Fonds interprofessionnel pour la recherche et le conseil agricoles (FIRCA) dans 21 régions, et fournira 7 500 emplois directs et 20 000 indirects.

Il permettra d’accroître l’offre de légumes de 34 tonnes, de produire 300 000 T de manioc frais, 120 000 T de produits dérivés, et de mettre à disposition, 100 millions de boutures pour couvrir 10 000 ha chaque année.
(AIP)
nam/cmas

(Publicité)

Commentaires
Haut