Bouaflé

32 dossiers pour la première session de la cour d’assises

Photo : AIP

Bouaflé, 10 juil (AIP)- La première session annuelle de la Cour d’assises de Bouaflé s’est ouverte, lundi, en présence des autorités locales et des populations, avec 32 dossiers à juger.

Selon l’avocat général à la Cour d’appel de Daloa, Dadi Séraphin, ces 32 dossiers concernent essentiellement des affaires de meurtre, d’assassinat et de viol.

Quatre-vingt dix pour cent de ces affaires criminelles seront jugées par contumace (le jugement d’une personne ou d’un accusé en son absence) durant ces assises qui prennent fin le 9 août.

« La procédure de contumace, c’est une procédure lourde qui fatigue tout le monde. Autant les juges ivoiriens ne vont pas au bout de la procédure, autant les juges français n’y vont pas », a soutenu l’avocat Dadi, plaidant pour la suppression de cette procédure au profit du défaut criminel. Il a également souhaité l’institution d’une Cour d’appel d’assises.

Le président de Chambre à la Cour d’appel de Daloa, Gnamia Loboué Pierre Paul a, pour sa part, souhaité que les sessions de cour d’assises se tiennent régulièrement, à défaut deux fois par an dans les juridictions de Bouaflé, Gagnoa et Man comme c’est le cas à Daloa.

Pou lui cela « permettra de vider les contentieux criminels qui sont pendants après les arrêts de renvoi de la Chambre d’accusation et que les accusés ne passent pas trop de temps entre le moment où ils ont été renvoyés entre la Cour d’assises et le moment où ils ont été jugés ».

La prestation de serment des jurés au nombre de sept et un entretien sur la procédure de contumace ont marqué cette cérémonie d’ouverture de la Cour d’assises de Bouaflé
(AIP)
ns/tm

(Publicité)

Commentaires
Haut