Sénégal

11 Juillet 2018 – Khalifa Sall et Karim Wade se distinguent dans la presse sénégalaise

APA-Dakar (Sénégal) -Les journaux sénégalais parvenus mercredi à APA traitent principalement du procès en appel de Khalifa Sall, maire de la ville de Dakar, mais aussi de l’affaire Karim Wade.

« Khalifa (Sall) demande la liberté provisoire à Demba Kandji (premier président de la Cour d’Appel de Dakar) » rapporte Le Quotidien. Dans les colonnes du journal, Me El Hadj Amadou Sall, avocat de la défense, déclare : « il est établi que l’extrait du plumitif de la Cour de justice de la CEDEAO est dans le dossier. Ce n’est pas une décision étrangère (mais) une décision supranationale ».

Dans L’AS, Me François Sarr, un autre avocat de la défense, affirme : « nous renouvelons notre jugement sur la décision de la CEDEAO. Ce n’est pas du dilatoire. Il n’y a pas d’incident majeur puisque nous voulons démontrer que la procédure doit être arrêtée ». Cela fait dire à L’AS que « la défense tente de retarder la machine ». En tout cas, EnQuête souligne que la décision de la Cour de justice de la CEDEAO est « l’arrêt de tous les espoirs » pour Khalifa Sall.

En effet, la juridiction communautaire a récemment jugé arbitraire la détention de Khalifa Sall entre la date de la proclamation des résultats des élections législatives et celle de la levée de son immunité parlementaire.

Pour sa part, Sud Quotidien renseigne que la « Cour (d’appel) déboute la défense » dans son délibéré sur l’appel contre le jugement du 2 février dernier portant sur les exceptions de nullité. Ledit journal ajoute que « Demba Kandji et ses assesseurs ont confirmé la décision rendue en première instance, rejetant ainsi les exceptions d’incompétence de la Cour et celles de litispendance soulevées par la défense ».

Pour WalfQuotidien, le « blocage est total ». D’autant plus que le « deuxième jour (du procès a été) émaillé encore d’incidents », selon Le Témoin. L’Observateur abonde dans le même sens en affirmant que c’est « l’audience des incidents » qui ont pour nom « huées, échanges houleux, mis en garde et menaces voilées ».

Le procès de Khalifa Sall avait été suspendu un mois afin de permettre aux avocats de la défense de se préparer. En première instance, le maire de Dakar a été condamné à 5 ans de prison pour escroquerie sur des deniers publics, à une amende de 5 millions F CFA et à une saisine de 1/5 de ses biens.

L’autre affaire qui fait couler beaucoup d’encre, c’est la traque des biens mal acquis. « Macky (Sall) perd la bataille de Monaco », analyse WalfQuotidien informant que « l’Etat du Sénégal (a été) débouté de ses prétentions sur les avoirs bancaires de Karim (Wade) ».

A en croire Le Quotidien, « Karim s’en tire à bon compte ». De son côté, Le Témoin précise que c’est un « nouveau revers judiciaire de l’Etat (du Sénégal) ». D’où cette interrogation du journal Le Soleil : « Pourquoi l’Etat peine à saisir les biens » de Karim Wade et compagnie.

ID/cat/APA

(Publicité)

Commentaires
Haut