Burkina

10 Août 2018 – Communication et faits de société, au menu des quotidiens burkinabè

APA-Ouagadougou (Burkina Faso) Par Alban Kini – Les quotidiens burkinabè de ce vendredi évoquent l’actualité nationale marquée par des faits de société, ainsi que la cérémonie de passation de service, intervenue la veille, au Conseil supérieur de la communication (CSC).

«Présidence du CSC : Désiré Comboïgo passe le témoin à Mathias Tankoano», titre le journal privé Le Pays qui informe que la passation de service au Conseil supérieur de la communication est intervenue, hier jeudi au sein de l’institution à Ouagadougou, en présence du Premier ministre Paul Kaba Thiéba.

A ce propos, le quotidien national Sidwaya fait observer que le nouveau président du CSC, Mathias Tankoano «promet de tirer leçon du passé».

Et d’ajouter que le chef du gouvernement burkinabè, Paul Kaba Thiéba «s’est dit convaincu qu’avec la prise de fonction de Mathias Tankoano, le CSC va retrouver la sérénité dont il a besoin ».

Le sujet constitue la manchette de L’Observateur Paalga, le doyen des quotidiens privés burkinabè qui affiche: «Passation de service au CSC: Quand Désiré Comboïgo écrase une larme».

A en croire le confrère, «la cérémonie d’installation des nouveaux conseillers a été marquée par de vives émotions, le président sortant ayant écrasé une larme».

Dans le registre des faits de société, L’Observateur Paalga évoque la période de soudure, notamment dans la province de la Kossi, dans la région de la Boucle du Mouhoun, au Nord-ouest du Burkina Faso.

«Soin, localité située à 7 km de Nouna, traverse une situation alimentaire difficile en cette période de juillet-août dite période de soudure », rapporte le journal qui souligne que «de nombreuses familles y peinent à s’offrir au moins deux repas par jour.

Toujours selon le confrère, «comme aliment de subsistance, certains font recours à des feuilles appelées gnougou en langue locale».

Pour sa part, le journal privé Le Quotidien consacre sa manchette au phénomène des enfants et femmes vivant dans les rues à Ouagadougou, la capitale burkinabè et à Bobo-Dioulasso, la deuxième capitale.

Il affiche en guise de titre : «Enfants et femmes vivant en rue : Bientôt une opération de retrait».

Quant à Sidwaya, il publie un dossier relatif à la situation des agents publics de l’Etat, parfois confrontés à l’endettement insoutenable. L’article est publié sous le titre : «Fonctionnaires burkinabè: dans la spirale du prêt bancaire».

ALK/cat/APA

(Publicité)

Commentaires
Haut