Sécurité

Golfe de Guinée : l’insécurité maritime en croissance au 1er semestre 2018

Golfe de Guinée : l'insécurité maritime en croissance
Photo : APA

APA-Abidjan (Côte d’Ivoire)- L’insécurité maritime est en croissance dans le Golfe de Guinée au premier semestre de l’année 2018 alors qu’elle est en baisse dans le monde entier, a appris jeudi à Abidjan, à l’ouverture d’une rencontre préparatoire du groupe des amis du Golfe de Guinée ( G7++) avec les États du Golfe de Guinée en prélude à la session internationale prévue à Abidjan les 06 et 07 décembre 2018.

La situation de l’insécurité maritime dans le Golfe de Guinée n’est guère reluisante pour ce premier semestre 2018. « Alors qu’elle est en baisse dans le monde entier, elle ne cesse de croître dans notre espace maritime commun », selon des documents de cette rencontre consultés par APA.

Le deuxième rapport trimestriel du bureau maritime international (IBM) montre qu’en dehors du Golfe de Guinée, le nombre d’incidents survenus en 2018 a diminué dans les autres « points chauds » de l’insécurité maritime.

Par contre, « tous les cas d’enlèvements d’équipages survenus en 2018 dont  six incidents distincts »,  se sont produits dans le Golfe de Guinée.

Cette rencontre préparatoire permettra dans un premier temps d’examiner dans une approche participative les questions liées aux  défis sécuritaires dans les différentes zones maritimes.

La réunion devra aboutir également à des propositions de thématiques d’intérêts régionaux qui feront l’objet de discussion avec les partenaires du G7++ lors de la réunion de décembre qui sera co-présidée par la Côte d’Ivoire et le Canada.

Le ministre ivoirien des Transports, Amadou Koné, qui a présidé cette cérémonie d’ouverture a salué la tenue de cette rencontre,  estimant que c’est pour les pays africains membres du G7++ « l’occasion de se rencontrer afin d’accorder leurs points de vue sur les sujets d’intérêt maritime».

Pour M. Koné, si les économies des pays de cette organisation reposent actuellement sur l’agriculture, l’émergence et le développement passent nécessairement par la croissance d’une économie maritime durable.

Il a conclu en appelant les membres du G7++ à la synergie d’actions en vue de « résorber et,  pourquoi pas, éliminer les crimes maritimes de nos espaces ».

« C’est la première fois que les Etats riverains du Golfe de Guinée mettraient place une plateforme de discussions qui leur permet d’arriver à la réunion du G7 ++ avec des recommandations et des résolutions qui ont été adoptées en commun », s’est félicité Abroulaye Fofana, Secrétaire permanent du comité  interministériel ivoirien chargé de l’action de l’Etat en mer.

L’objectif du G7++ est d’aider les pays du Golfe de Guinée à améliorer la sécurisation de leurs espaces maritimes, à harmoniser les différents cadres législatifs dans le cadre de la lutte contre la criminalité maritime, à renforcer la coopération inter-Etat et à promouvoir l’économie bleue.

Il s’agit d’accompagner les Etats du Golfe de Guinée dans la mise en œuvre des résolutions du Conseil de sécurité des Nations unies et dans l’implémentation de l’architecture de Yaoundé validée lors du sommet des Chefs d’Etat et de Gouvernement de juin 2013.

Lire aussi :
Préoccupante recrudescence de la criminalité maritime dans le GG

Le Groupe des Amis du Golfe de Guinée dit G7++ est composé de l’Allemagne, du Canada, des Etats-Unis, de l’Italie, du Japon, du Royaume-Unis, de la France, de la Belgique, du Brésil (observateur), de la Corée du Sud, du Danemark, de l’Espagne, de la Norvège, des Pays-Bas, du Portugal, de la Suisse, de l’Union Européenne, de l’ONUDC et d’Interpol.

Les sessions passées avaient  toujours été présidées par les Etats du G7 (Portugal, France, Italie…).

LB/ls/APA

Commentaires
Haut